Climato-sceptiques, quelles sont leurs motivations ?

#TimeToChange

✴️ Le climato-scepticisme relève d’une seule motivation qui est de refuser le problème…????

▶️ Parce que ces gens ont bien conscience que la solution sera contraignante, ou que de refuser le problème pourrait en soi apporter des avantages…????????

▶️ Toutes ces personnes résistent à toute avancée scientifique puisque leur motivation n’a rien à voir avec la science ????

“La Terre se sera réchauffée de 4 degrés que tous ces climato-sceptiques existeront toujours” (Jancovici, 2020).

???? “Donc penser qu’on va convaincre un climato-sceptique en le battant sur le terrain scientifique c’est se tromper de combat”.
Il vous trouvera autre chose encore, et encore et encore…

Quelle est votre idée pour y arriver ?⏱

#ClimateChange #NotAsUsual
Image © NAWAK – Licence : Tous droits réservés
Aucune description alternative pour cette image

 

Jeudi 10 septembre 2020, Ground Control a reçu l’équipe de The Shift Project pour discuter ensemble du Plan de transformation de l’économie française (PTEF). Ce plan propose des mesures concrètes permettant de réduire nos émissions de gaz à effet de serre mais aussi de faire face aux chocs à venir dans une vingtaine de secteurs. Au cours de cette soirée, trois secteurs spécifiques et nécessaires dans la transformation vers une société décarbonée et résiliente ont été abordés. Partie 1/5 : Intervention de Jean-Marc Jancovici, autour de “La double contrainte carbone : comprendre la problématique climat-énergie”????
Voir 30 minutes de Questions / Réponses très instructives chez Ground Control

Les Origines Sociales des Comportements Moraux et Immoraux ????????

#Social_Identity

????????De nombreuses études ont confirmé les origines sociales du comportement moral et immoral quotidien (conformité sociale, catégorisation et identification; Cikara & Van Bavel, 2014; Ellemers et al., 2019, 2020; Greene, 2009; Haidt, 2001; Lieberman, 2007; Stallen & Sanfey, 2015).

????La tendance à faire confiance et à favoriser les membres du groupe par rapport aux membres d’un groupe extérieur, et à considérer le groupe comme moralement supérieur réduit l’attention aux idées et sentiments des membres du groupe extérieur… cela suscite même de la suspicion sur leurs motivations ????????

⚙️ Voir aussi théorie de l’identité sociale : Tajfel (1974); Tajfel & Turner (1979); Turner & Reynolds (2008).

▶️ Pour les personnes qui tentent d’influencer le comportement d’autrui en faisant appel à des principes moraux.
–> Si vous êtes considérés comme un membre hors groupe, il est peu probable que ces appels soient efficaces.
–> Cela peut même se retourner contre votre objectif en suscitant des réponses défensives et de refus.

✴️ Ne faudrait-il pas donc envisager pour inciter des changements éthiques de transmettre un sentiment d’identité commune et de susciter la confiance ?

⚙️???? Ne faudrait-il pas y ajouter aussi de l’esprit critique ?

Aucune description alternative pour cette image
REFERENCES :
– Cikara, M., Van Bavel, J. J. (2014). The neuroscience of intergroup relations: An integrative review. Perspectives on Psychological Science, 9, 245–274.
– Ellemers, N., van der Toorn, J., Paunov, Y., van Leeuwen, T. (2019). The psychology of morality: A review and analysis of empirical studies published from 1940 through 2017. Personality and Social Psychology Review, 23, 332–366.
– Ellemers, N., & van Nunspeet, F. (2020). Neuroscience and the Social Origins of Moral Behavior: How Neural Underpinnings of Social Categorization and Conformity Affect Everyday Moral and Immoral Behavior. Current Directions in Psychological Science, 29(5), 513–520.
– Greene, J. D. (2009). The cognitive neuroscience of moral judgment. In Gazzaniga, M. S. (Ed.), The Cognitive Neurosciences (4th ed., pp. 1–48). Cambridge, MA: MIT Press.
– Haidt, J. (2001). The emotional dog and its rational tail: A social intuitionist approach to moral judgment. Psychological Review, 108, 814–834.
– Lieberman, M. D. (2007). Social cognitive neuroscience: A review of core processes. Annual Review of Psychology, 58, 259–289.
– Stallen, M., Sanfey, A. G. (2015). The neuroscience of social conformity: Implications for fundamental and applied research. Frontiers in Neuroscience, 9, Article 337.
– Tajfel, H. (1974). “Social identity and intergroup behavior”. Social Science Information. 13 (2): 65–93.
– Tajfel, H.; Turner, J. C. (1979). “An integrative theory of intergroup conflict”. In W. G. Austin; S. Worchel (eds.). The social psychology of intergroup relations. Monterey, CA: Brooks/Cole. pp. 33–47.
– Turner, J. C., & Reynolds, K. J. (2008). The Social Identity Perspective in Intergroup Relations: Theories, Themes, and Controversies. In Blackwell Handbook of Social Psychology: Intergroup Processes (pp. 133–152). John Wiley & Sons, Ltd.

Le Rire lie les Gens… par nos Affects ????????

#Rire

Le rire lie les gens… ????????

???? Peut-être par des moyens liés à des substances peptidiques dans le cerveau – sérotonine, ocytocine (Fisher, 1998; Dunbar, 2004)????

???? Le rire et les plaisanteries sont des éléments importants dans nos conversations et nombreux sont ceux qui ont du mal à avoir des relations privilégiées avec des personnes qui ne peuvent pas rire ????

⚙️ Rimé et ses collègues (1998) avaient déjà découvert comment les émotions étaient impliquées dans les conversations.
Dans environ 90% des cas, lorsque les gens éprouvaient une émotion suffisamment frappante pour s’en souvenir, ils en discutaient avec une ou plusieurs personnes.

???? Rimé appelle cela le “partage social”. Nous avons une envie immense de partager nos émotions, pour leur donner du sens.

???? Spinoza dans l’Ethique, nous indiquait que notre conatus nous porte vers telle personne et telle relation car nous sommes mus par nos affects…

Et vos conversations ?

Pensez-vous pouvoir apporter plus d’attention vers ces racines émotionnelles dans vos relations affectueuses et amicales pour qu’elles deviennent peut-être plus vivantes ?

Que pensez-vous de l’idée que les émotions sont les racines de nos relations ?

Aucune description alternative pour cette image

 

REFERENCES :
– Dunbar, R. I. M. (2004). Language, music, and laughter in evolutionary perspective (D. K. Oller & U. Griebel, Eds.; pp. 257–274). MIT Press.
– Fisher, H. E. (1998). Lust, attraction, and attachment in mammalian reproduction. Human Nature, 9, 23–52.
– Rimé, B., Finkenauer, C., Luminet, O. Zech, E., & Philippot, P. (1998). Social sharing of emotion: New evidence and new questions. European Review of Social Psychology, 9, 145–189.
– Spinoza, B. (1661–75). Œuvres IV. Ethica. Éthique. Texte établi par Fokke Akkerman et Piet Steenbakkers [2020]. Trad. du latin par Pierre-François Moreau. Édition bilingue de Pierre-François Moreau et Piet Steenbakkers. Coll. « Épiméthée ». PUF.

Spinoza pour une dynamique des émotions et de la conscience…

#Spinoza

???? Le “moi” dualiste, hérité de Descartes, qui soutient une séparation entre l’esprit et le corps (et le monde) est abandonné depuis longtemps grâce aux travaux des neurosciences et de la psychologie sociale (Damasio, 1999 ; James, 1997 ; Westen, 2007).⚙️

???? Le “problème du périmètre” de la question des émotions, demande à comprendre comment englober l’hétérogénéité d’une catégorie qui va de la panique aveugle à la joie dans une musique complexe (Scarantino, 2012) ?????????

*️⃣ Spinoza avait retrouvé une cohérence interne, un monisme (Damasio, 2003) sur ce sujet. Il montre que l’émotion peut être comprise à la fois comme cognitive et corporelle, et les affects sont fondamentalement liés à la notion-clé de “conatus”.

▶️ Ce conatus, selon lequel toute action est la manifestation d’une puissance individuée, est cet effort que chaque chose déploie “pour persévérer dans son être” (Spinoza, Ethique 4, prop. 26, démonstration).

????“Un point de vue spinoziste (…) reconnaît la continuité entre l’esprit et le corps, les considérant en effet comme (non réductivement) identiques, et permet ainsi à toutes les émotions d’être comprises à la fois comme cognitives et corporelles” (England, 2019, p. 7).

#Emotions#Reason#BoundedRationality

⚙️???? Depuis les travaux de Herbert Simon (1955, 1967, 1997) sur la rationalité limitée, renforcés par ceux de Kahneman et Tversky (1974, 2003), l’homo oeconomicus n’existe plus… ce Frankenstein de certains économistes classiques (Rational Choice Theory), laisse place à un être humain indécis, soumis à des biais (heuristiques) qui altèrent ses prises de décisions et comportements. ???????? Le rôle des affect dans des situations à risque ou incertaines est confirmé par de nombreuses études. Loewenstein et al. (2001) montrent par exemple que les réactions émotionnelles aux situations à risque s’écartent souvent des évaluations cognitives de ces mêmes risques. Dans ces situations, le comportement a tendance à être influencé par des sentiments d’anticipation, et des émotions ressenties au moment de la prise de décision. ???????? Aussi, il faut prendre en compte le rôle très important, réservé à l’influence du langage, des discours, des habitudes (la culture) dans l’expérience que chacun a de soi-même, et dans la gestion de ses propres émotions et des émotions des autres (Reddy, 2020).
REFS :
– Damasio, A. R. (1999). The Feeling of What Happens: Body and Emotion in the Making of Consciousness. New York: Harcourt Brace.
– Damasio, A. R. (2003). Looking for Spinoza: Joy, Sorrow, and the Feeling Brain. Harcourt.
– England, R. (2019). The Cognitive/Noncognitive Debate in Emotion Theory: A Corrective From Spinoza. Emotion Review, 11(2), 102–112.
– James, S. (1997). Passion and action: The emotions in seventeenth-century philosophy. Oxford, UK: Oxford University Press.
– Kahneman, D. (2003). A perspective on judgment and choice: Mapping bounded rationality. American Psychologist, 58(9), 697–720.
– Loewenstein, G. F., Weber, E. U., Hsee, C. K., & Welch, N. (2001). Risk as feelings. Psychological Bulletin, 127(2), 267–286.
– Reddy, W. M. (2020). The Unavoidable Intentionality of Affect: The History of Emotions and the Neurosciences of the Present Day. Emotion Review, 175407392093078.
– Scarantino, A. (2012). How to Define Emotions Scientifically: Emotion Review.
– Simon, Herbert A. (1955). A Behavioral Model of Rational Choice. The Quarterly Journal of Economics, 69(1), 99.
– Simon, Herbert A. (1967). Motivational and emotional controls of cognition. Psychological Review, 74(1), 29–39.
– Simon, Herbert Alexander. (1997). Models of Bounded Rationality: Empirically grounded economic reason. MIT Press.
– Spinoza, B. de (1677)[Pautrat, B., 2010]. Éthique. coll. Points. Paris. Seuil. – Tversky, A., & Kahneman, D. (1974). Judgment under Uncertainty: Heuristics and Biases. Science, 185(4157), 1124–1131.
– Westen, D. (2007). The political brain: The role of emotion in deciding the fate of the nation (pp. xv, 457). Public Affairs Books.

Vers une décroissance du PIB… comment en devenir les acteurs ?

#ChangeNow

♻️???? Depuis plus de 50 ans, malgré des technologies et des savoirs accrus, l’augmentation du PIB des pays, à l’échelle mondiale, est clairement corrélé à une utilisation de ressources et des émissions de polluants de plus en plus importantes…♨️
(Voir graphique issu de Wiedmann et al., 2020 in Nature Communication).

✴️ Nos pays, les plus riches, sont aussi les principaux responsables des dégâts environnementaux et sociaux (souvent ailleurs)…

⛑ Nous, citoyens de ce monde, devons changer vers une durabilité socio-environnementale ! ????????????

???? Nous devons prendre conscience que nos styles de vie (dans les pays les plus riches), basés sur l’expansion de la consommation et les impératifs structurels de croissance, ne peuvent plus perdurer sans dommages réels, déjà palpables…????

☀️ Les 150 citoyens, désignés par tirages au sort, qui ont participé à la Convention Citoyenne pour le Climat, ont initié une démarche de réflexion et de propositions collectives… ☀️

Nous devons désormais tous en être acteurs ????

???? Comment pensez-vous vous associer à ces projets ?

Aucune description alternative pour cette image

Référence : Wiedmann, T., Lenzen, M., Keyßer, L. T., & Steinberger, J. K. (2020). Scientists’ warning on affluence. Nature Communications, 11(1), 3107. https://doi.org/10/gg2vxs

Spinoza, une approche ontologique sur les émotions…

#Spinoza

“J’appelle Servitude l’impuissance humaine à diriger et à réprimer les affects. Soumis aux affects, en effet, l’homme ne relève pas de lui-même mais de l’aléa, et il est au pouvoir de celui-ci à un point tel qu’il est souvent contraint, voyant le meilleur, de faire le pire”.

“L’homme que mène la raison est plus libre dans la cité, où il vit selon le décret commun, que dans la solitude, où il n’obéit qu’à lui-même”.

“Man’s lack of power to moderate and restrain the affects I call bondage. For the man who is subject to affects is under the control, not of himself, but of fortune, in whose power he so greatly is that often, though he sees the better for himself, he is still forced to follow the worse.”
Spinoza, B. de (1677). Ethics IV. Preface.

“A man who is guided by reason is more free in a state, where he lives according to a common decision, than in solitude, where he obeys only himself.”
Ethics IV. Proposition 73

Spinoza n’a pas une vision subjectiviste, pour lui, les individus sont des élans de puissance, qui se déterminent comme élans de désirs sous un certain nombre d’affections qui les affectent. Et ce qui les affecte ce sont les structures, les rapports sociaux et les institutions.

????Un livre inspirant sur le sujet d’une introduction spinoziste dans les sciences sociales : Lordon, F. (2013). La Société des affects. Pour un structuralisme des passions. Seuil.????

Bonjour Guillaume, disons que “affects” englobe des notions plus vastes que les “émotions” ou les “sentiments”. Ce sont les moteurs du “désir” et les ressorts du “conatus”, cette impulsion vitale, cette force désirante qui repose sur des passions, des affects ou des affections, et qui permet de maintenir l’être en tant qu’être actif. “L’homme qui est conduit par la Raison n’est pas contraint à obéir par la Crainte mais en tant qu’il s’efforce de conserver son être selon le commandement de la Raison, c’est-à-dire en tant qu’il s’efforce de vivre librement, il désire respecter le principe de la vie et de l’utilité communes et par conséquent vivre selon le décret commun de la Cité. L’homme qui est conduit par la Raison désire donc, afin de vivre plus libre, respecter le droit commun de la Cité”. C.Q.F.D. (Eth. 4, prop 73, démonstration)

Guillaume, vaste chantier de réflexion ????☀️ Je ne te ferai pas une réponse de suite car c’est en partie l’objet de mes recherches ⚙️ Spinoza est un penseur matérialiste, déterministe mais nous pouvons dépasser notre condition déterminée par nos affects en modifiant le cadre qui les détermine. C’est un des points de travail de Lordon sur son structuralisme des passions. “Il y a des structures, et dans les structures il y a des hommes passionnés ; en première instance les hommes sont mus par leurs passions, en dernière analyse leurs passions sont largement déterminées par les structures ; ils sont mus le plus souvent dans une direction qui reproduit les structures, mais parfois dans une autre qui les renverse pour en créer de nouvelles : voilà, à l’essentiel, l’ordre des faits que voudraient saisir les combinaisons particulières du structuralisme des passions” (Lordon, 2013, p. 11).

Miscellanées : L’Heure des Changements ????✴️

#ClimateChange

“Ce qu’on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l’écrire”. (Derrida, J. [1980]. La carte postale: De Socrate à Freud et au-delà. Flammarion. p. 209).

“Il faut donc pour connaître l’homme savoir d’où vient qu’il a besoin d’air pour subsister ; et pour connaître l’air, savoir par où il a ce rapport à la vie de l’homme, etc.

(…) Donc, toutes choses étant causées et causantes, aidées et aidantes, médiates et immédiates, et toutes s’entretenant par un lien naturel et insensible qui lie les plus éloignées et les plus différentes, je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties”.

Pascal, B. (1669). Pensées. in Œuvres Blaise Pascal, vol. 12. Texte par Léon Brunschvicg. [1925]. Hachette. p. 87-88.

Je vous propose sous forme d’un PDF, mes miscellanées
(issues des 4 articles que j’avais déjà publiés sur LinkedIn).

Vous comprendrez pourquoi les changements sont urgents… Tant sur le plan social, économique et environnemental !
Vous comprendrez aussi pourquoi certains sont dubitatifs, attentistes, bloqués parfois… s’empêchant d’entrer dans l’action et se réfugiant dans le déni…

La bonne nouvelle est qu’il existe des solutions ????⚙️
Des changements individuels, interpersonnels et collectifs ????
Vers une Économie du Bonheur ☀️????

#CriticalThinking #NotAsUsual

“(…) Ce que le monde social a fait, le monde social peut, armé de ce savoir, le défaire. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que rien n’est moins innocent que le laisser-faire…” (Bourdieu, P. & Collectif. [1993]. La misère du monde – Edition originale – Sous la direction de Pierre Bourdieu. Collection “Libre examen”. Editions du Seuil. p. 944).

⚙️????J’ai retrouvé cette Tribune dans Le Monde, d’Edgar Morin, instigateur de la pensée complexe en 2007 : https://www.lemonde.fr/idees/article/2007/04/24/si-j-avais-ete-candidat-par-edgar-morin_901079_3232.html  “Nous devons prendre conscience que nous vivons une communauté de destin planétaire, face aux menaces globales qu’apportent la prolifération des armes nucléaires, le déchaînement des conflits ethnico-religieux, la dégradation de la biosphère, le cours ambivalent d’une économie mondiale incontrôlée, la tyrannie de l’argent, l’union d’une barbarie venue du fond des âges et de la barbarie glacée du calcul technique et économique. Le système planétaire est condamné à la mort ou à la transformation. Notre époque de changement est devenue un changement d’époque”.